Rédaction Web – Ces trucs qu’on te cache


oups

Jouons à chercher l’erreur !

C’est un fait établi : j’exerce un métier qui n’existe pas (et j’adore ça !). En dehors du fait que Pole Emploi ne soit que très vaguement au courant que la rédaction web est un métier à part entière, et que selon l’INSEE, mon activité entre dans la catégorie « programmation informatique », chaque réunion familiale me sert une demi-douzaine de : « c’est quoi, exactement, ton métier ? ». Franchement, je le vis bien : ça fait quasiment parti du métier d’expliquer le métier ! Mais j’avoue tout : oui, même pour ceux qui savent et qui font même appel à notre plume, il y a des zones d’ombres savamment entretenues. Nous autres, rédacteurs, nous sommes comme ça. Nous avons tout un tas de secrets dont on ne parle pas. Jamais. Même pas sous la torture. Même pas entre nous. Ou alors, avec la plus extrême prudence. Parce que si ça se savait, ça nuirait gravement à notre crédibilité. Eh bien, aujourd’hui, je balance !

Rédaction Web : des rituels ??Fait numéro 1 – Les rédacteurs web ont des rituels étranges

Si, si. On en a tous un, même quand on ne le sait pas. Personnellement, je n’arrive pas à me mettre au travail si je ne suis pas dans l’ambiance. Olfactive, l’ambiance. Du coup, ça lève un coin de voile sur la connexion qu’il semble ne pas y avoir entre Pile ou Strass et Les Donz’Elles… ouaip, si je suis aussi vendeuse de bougies qui sentent bon et d’encens qui sentent bon aussi, c’est que moi-même, j’en consomme à tout va. Même que si je tombe en rade, je peux me retrouver au chômage technique. Ou avoir la plume morne. Et le morne, c’est moche !

sarahFait numéro 2 – Les rédacteurs web utilisent des outils moyenâgeux

Cela tient à un fait difficilement avouable : non, nous n’avons pas la science infuse.

En cas de doute, il est scientifiquement prouvé que Google est notre ami (il n’y a qu’à voir les questions improbables qu’on lui pose chaque année !). Eh bien, crois-moi, crois-moi pas, en cas de doute, les rédacteurs web, eux, ils s’en remettent parfois à un bon vieux dictionnaire et au Bescherelle. Ils ne le disent pas parce qu’en 2015, c’est la loose !

Fait numéro 3 – Les rédacteurs web ne passent pas tout leur temps à écrire

En cas de doute, ce n’est pas scientifiquement prouvé. Mais Wikipedia fait souvent concurrence à Google. Tu le sais (je le sais et tu sais que je le sais !).

Eh bien, crois-moi, crois-moi pas, en cas de doute, les rédacteurs web, eux, ils s’en remettent à une bonne vieille publication (ouais, sur du papier, et même parfois carrément dans une bibliothèque). Et même, parfois, ils décrochent le téléphone pour demander l’appui de vrais Gens qui sont spécialisés sur une question un peu pointue. Et ça ne s’arrête pas là…

Fait numéro 4 – Les rédacteurs web sont des truffes psychorigides

Le rédac’web part souvent du principe que son job est de « rédactionner ». Ce qui revient à écrire un article un peu exclusif, tu vois. Le truc qui sera sur ton site et nulle part ailleurs. Mais au lieu d’aller chercher un texte plus ou moins dans la thématique et de le ré-écrire en changeant 2/3 trucs (faire du plagiat, quoi), le rédac’web a la folie des grandeurs. Il fait donc des recherches si nécessaire. Et il pousse le vice jusqu’à aller voir sur le terrain comment ça se passe. Et dans des cas extrêmes, il peut même parler et même poser des questions. Inadmissible !

Fait numéro 5 – Les rédacteurs web n’ont pas de cœur

10247292_10204912390742583_356317519536781469_nOn va être clair : le rédac’web ne vit pas de gloire et d’eau fraîche. D’ailleurs, ce n’est pas la rédaction web qui fait de toi Stephen King, hein ! Si tu veux devenir auteur de best-sellers ou devenir une star du web, tu signes avec ton nom, à la base. Or, 9 fois sur 10, le rédac’web ne signe pas (et quand tu débutes, c’est chaud-bouillant de faire comprendre à certains que les droits d’auteur, ça a aussi un prix !). Du coup, quand on nous propose d’écrire pour avoir le grand privilège de profiter de… euh… comment ils disent déjà ? Ah ! Oui : d’une « exposition »… Non.

Mais juste NON, quoi ! Il y a ce qu’on appelle le bénévolat (mais là, l’idée, c’est de rendre service pour une cause qui tient à cœur… et ça, tu le fais pour… ah, ben pour les causes qui te tiennent à cœur, dis-donc !). Mais le coup de l’exposition, c’est nous prendre ouvertement pour des truffes. On n’a définitivement pas de cœur !

Avec tout ça, j’espère que je n’ai pas porté un coup trop fatal au prestige de ce métier qui n’existe pas… Si tu n’as plus de nouvelles de moi, c’est que les collègues m’auront lynchée. #Oups.

On reste connecté ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s