Saperlipopette ! Voici donc que Pilou nous entraîne du côté obscur du langage des djeun’s, maintenant ? Que nenni ! C’est même tout le contraire : je t’invite aujourd’hui dans le monde merveilleux des expressions joliment désuètes, et plus particulièrement celles de la fin du 19ème siècle.

Saperlipopette !

Disais-je… 

Puisqu’on en parle : l’origine de Saperlipopette !  divise quasiment depuis son apparition. Ce juron… Car oui : même s’il tinte comme une clochette, à la base, c’est un juron ! Ce juron, donc, viendrait de sacristi, via sapristi, puis saperlotte. A supposer que saperlotte vienne bien de sapristi. Certains spécialistes estiment à l’époque que saperlotte viendrait en fait du flamand saperloot et/ou de l’allemand saperlot. Une franche bataille a donc eu lieu pour déterminer s’il s’agissait d’exprimer sapristi, diantre ou maudit sort, et à ce jour, nul n’est véritablement fixé. Ce profond mystère a causé nombre de batailles à partir des années 1870. Pour l’occasion, plusieurs spécialistes ont d’ailleurs fait leur fendant…

Revenons-en donc à ce qui nous occupe : faire son fendant. A ne pas confondre avec « faire un fondant » (souvent beaucoup plus gourmand, je te l’accorde !). Le fendant est mentionné dès 1615, comme étant « de la famille du blagueur » car « Comme lui, il est coquet et fanfaron« . Le fendant est donc une sorte de kéké en mode « je me la pète ». Un frimeur, quoi… A noter que l’expression fait dans la parité : au 19ème siècle, les dames ne se privaient apparemment pas pour faire leurs fendantes.

Je le sens, que tu ne sais pas bien quoi faire de cette expression. La prochaine fois que ton ado te tient tête, balance-lui donc un « Fais pas ton fendant ! ». Sur un malentendu, ça peut le calmer.

On reste connecté ?
A noter que : 1 – pour cet article, je suis allée piocher principalement du côté d’une publication datant de la fin du 19ème siècle, Le Courrier de Vaugelas, « Journal semi-mensuel consacré à la propagation universelle de la langue française ». Cet ouvrage du rédacteur Eman Martin – qui affichait fièrement avoir été couronné par l’Académie Française en 1875 et doublement récompensé à l’exposition universelle de 1878 – est une véritable mine d’or. Si tu veux t’y promener, sache qu’il est disponible sur Gallica (chère BNF, si tu passes par là : je te kiffe !).
2 – l’illustration évoque La fête nationale du 30 Juin lors de l’Exposition Universelle 1878.  Pour en savoir plus, cf. l’excellent article de l’Histoire par l’image.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s