Hey there ! Non, je n’ai pas disparu de la surface de la blogosphère. En revanche, je suis un peu débordée à concevoir et corriger des contenus web (mon job, quoi !). Mais les prochains épisodes du Marketing pour les Licornes sont dans les starting blocks ! Aujourd’hui, je passe rapido faire le point sur l’affaire Following Me. J’aimerais qu’on débriefe un peu sur le dernier Hoax concernant Facebook (parce que oui : c’en est un !).

Following me : premier Hoax majeur à frapper Facebook en 2018

Le HOAX Facebook de ce début d’année

Vous allez dans vos PARAMÈTRES DE COMPTE puis BLOCAGE (sur le côté gauche de l’écran), puis dans la barre de recherche BLOQUÉS UTILISATEURS tapez « following me » sans les guillemets, vous pourriez être surpris par qui vous suit. Malheureusement, vous devez les bloquer 1 à la fois, ce qui est ennuyeux. J’avais 20 dans la liste et je n’en connaissais aucun. Je les ai tous bloqués. Vous pourriez partager ou copier / coller si vous avez trouvé cela utile.

A l’origine, Facebook imposait une limite de 5000 amis. A moins de t’appeler Kim Kardashian, soyons honnêtes, il fallait déjà être au taquet pour atteindre le seuil fatidique qui t’interdisait d’ajouter un contact supplémentaire. Kim Kardashian ou Mark Zuckerberg : le big boss de Facebook s’est peut-être inspiré de sa propre popularité pour concevoir la fonction abonnements.

L’abonnement permet à des personnes qui ne sont pas dans tes contacts de te suivre. C’est à dire que tes publications en mode public vont apparaître dans leur fil d’actualité. Tu peux autoriser les abonnements (et dans ce cas, tu as le listing complet de tes abonnés) ou refuser les abonnements.

Que tu acceptes les abonnements ou pas, tu n’éviteras pas le stalking. Les stalkers (personne pratiquant le stalking) zieutent discrètement tout ce que tu publies (en mode public). Certains stalkers ont un compte tout bien comme il faut, ils sont dans tes contacts, et ils se contentent de fliquer tout ce qui se passe sans jamais se manifester.

Mais revenons à ceux qui zieutent tes publications en mode public. Tu ne peux pas savoir qui sont ces personnes. Je vais le redire en employant un ton très péremptoire dans 3…2… 1…

TU.NE.PEUX.PAS.SAVOIR.QUI.SONT.CES.PERSONNES.

Le Hoax de base joue sur la peur et la frustration

Sur Facebook, le Hoax de base joue sur la peur et la frustration : qui me suis ?

Même si tu tapes Following Me ou Facebook Security ou Abracadabra-poils-aux-doigts en chantant la macarena à l’envers avec ton slip ou ta petite culotte sur la tête. TU NE PEUX PAS SAVOIR QUI VISITE TON PROFIL. Fin de l’histoire.

Tout ce que tu obtiendras, ce sont des résultats totalement aléatoires. Il s’agit le plus souvent de personnes qui utilisent les termes dans une de leurs publications publiques. Par exemple une youtubeuse beauté qui a publié une photo accompagnée du message suivant : Keep following me

Tu peux choisir de bloquer ces personnes. Mais elles ne savent pas que tu existes.

Pour terminer, j’aimerais revenir sur quelques détails.

Un hoax évolue. Depuis ce week-end, dans mon fil d’actu, il est passé de la version originale à la version flippante : ce sont des étrangers qui te surveillent et qui risquent de pirater ton compte (en substance). Si tu tapes Following Me dans cette barre de recherche (ou dans une autre sur Facebook) 9 résultats sur 10 sont des profils que l’on peut qualifier d’étrangers, parce que ta recherche est en anglais. Et les frenchies postent rarement en anglais. C’est aussi bête que ça.

Il était précisé de ne pas partager mais de copier/coller ce message. Si tu psychotes un peu sur les réseaux (ce qui n’a rien d’extravagant), dis-toi que quand « on » te demande expressément de copier/coller un message, c’est un Hoax (ou une chaine à la c…, mais c’est moins méchant). Le principe est simple : si « on » arrive à te convaincre de rédiger une publication à la 1ère personne, cela t’engagera. Personnellement. Tes proches vont te faire confiance. Et ce p….. de Hoax va se répandre plus vite et plus largement.

Alors comment savoir qu’un Hoax est un Hoax ?

Un Hoax voit souvent le jour en anglais. Les traductions françaises ont longtemps été approximatives et pour tout dire, assez drôles. Ces temps-ci, elles sont assez convaincantes. J’ai envie de te dire : ne t’emballe pas. Et fais appel à ton esprit critique.

Là, par exemple, on te parle de la barre de recherche Bloquer des Utilisateurs (enfin… BLOQUÉS UTILISATEURS : question crédibilité, ça part mal 😀 !). Cet outil de recherche est fait pour te permettre de trouver un utilisateur précis en vue de le bloquer. Pas pour autre chose. Entre les lignes, « on » joue sur le fantasme du « je vais savoir qui reluque mon profil sur Facebook ». Et encore une fois, soit des personnes sont dans tes contacts et/ou tes abonnés, ou bien elles te zieutent en douce et tu ne le sauras jamais. C’est moche. C’est frustrant. Mais c’est comme ça. Dis-toi que si un message joue sur la peur et sur la frustration, ça ne sent pas bon. Si en plus, il te demande de copier/coller… lâche l’affaire 😀 !

On reste connecté ?
Crédit Photo : Pixabay // GeraltStudio Dee

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s